Expositions, conférences, publications

Retour

Montrer les archives, leur richesse, leur variété ... les donner à comparer et à lire, les confronter avec des objets dont elles parlent et qui les font parler et, ce faisant, éclairer l'actualité par le passé, telle est l'ambition des expositions des Archives départementales et métropolitaines, présentées dans le grand hall des Archives. ​

Du 6 juillet au 6 septembre 2017 (Fermeture du 31 juillet au 15 août)

 

Maisons des Pierres dorées ​

Les villages des Pierres dorées, au sud du Beaujolais sont connus pour la couleur de leurs pierres, et pour l'architecture de leurs maisons, de la plus simple aux vastes propriétés viticoles​.

 

L'exposition présente avec 120 photos le résultat de recherches sur l’architecture des maisons rurales des villages des Pierres dorées, au sud du Beaujolais, connus pour la couleur de leurs pierres.

 

Reconnaitre tous les caractères qui font l'unité de la trentaine de villages situés dans la zone de contact entre le Beaujolais et Lyon, rechercher et décrire la diversité des façades, des escaliers, des fenêtres, des galeries. Les photographes ont pu entrer dans les cours fermées et font découvrir dans cette exposition, les détails ignorés des simples promeneurs.

 

 

Photos : Marie-France Rochard​

Du 30 mars au 30 juin 2017

 

Mémoire complétée : dix ans d'enrichissements des Archives départementales et métropolitaines 

 

Sait-on suffisamment que chaque année, entre 1 et 2 km de documents entrent dans les magasins des Archives départementales et métropolitaines ?

 

Versements réglementaires des administrations mais aussi achats, dons ou dépôts de documents d'origine privée : correspondance, plans, souvenirs de familles ou archives d'entreprises, participent ainsi à la construction d'une mémoire collective du Rhône et de la Métropole.

 

Quelques exemples significatifs et prestigieux témoignent de la richesse et de la diversité des acquisitions récentes des Archives départementales et métropolitaines. ​

Du 15 septembre au 20 décembre 2016

 

Territoires citoyens​

 

À l’heure de la création de la Métropole et du « nouveau Rhône », du redécoupage des régions ou de la fusion des communes, comment ne pas interroger les territoires familiers qui sont les nôtres, leur origine et leur justification ?

 

L’exposition examinera en particulier comment les citoyens ont su s’approprier ces découpages successifs, du Moyen Âge à nos jours, mais aussi les permanences que révèle une étude historique sur la longue durée.

 

Cette exposition bénéficie du don des archives de Benoît Carteron, ancien président du Conseil général du Rhône, et d’Édouard Bonnefoy, ancien préfet du Rhône.

Du 5 juillet au 8 septembre 2016

 

4 janvier 1966-4 janvier 2016 : mémoire d’une catastrophe à Feyzin​

Le 4 janvier 1966, il y a 50 ans, la raffinerie de Feyzin aux portes de Lyon était ravagée par un gigantesque incendie qui a entraîné des explosions successives. Cette catastrophe qui a durablement marqué nos territoires, est évoquée par cette exposition préparée par le service d’incendie et de secours du département du Rhône et de la métropole de Lyon.​

Du 8 mars au 30 juin 2016

 

Femme du Rhône et de Lyon

​ 

Assurer la régence de la France confère sans doute les plus hautes marques de prestige et de pouvoir à celle qui en a la charge, mais le plus extraordinaire de cette situation ne tient-il pas dans le fait qu’Anne de Beaujeu emprunte un rôle traditionnellement réservé aux hommes ?

 

Les femmes ne possèdent pour tout bagage que leur beauté, la force de leur lignage et le poids de leur dot quand vient l’heure du mariage. Quelle que soit leur condition, à moins qu’elles ne soient religieuses, leur règne sera consacré à diriger la « maison », et l’on attendra de leur rôle de mère, un enfant mâle… afin que tout se perpétue...

 

L’histoire en décida autrement...

 

Au fil du temps, les femmes vont progressivement parvenir à occuper une place qui soit vraiment le fruit de leurs talents et mérites et non d’une destinée qui leur échappe.

 

D’initiatives individuelles en démarches collectives, avec la farouche volonté d’accomplir ce à quoi elles aspirent, elles furent nombreuses dans nos territoires à s’illustrer.

 

Révélant expériences intérieures, investissant les arts, multipliant les actes de générosité, initiant des pratiques sociales, s’engageant dans la vie publique, prenant leur part dans les guerres, elles ont ouvert de nouvelles voies.

 

Quelque soixante années séparent l’élection de Philomène Magnin, première femme siégeant au conseil général du Rhône, à l’actuelle obligation de parité dans la constitution des assemblées politiques. Cette élection de 1946 fait suite au droit de vote accordé aux femmes en 1944.

 

Que d’épreuves de la vie, tant individuelle que collective, tant privée que publique, les femmes ont dû traverser pour vivre ces rôles qui leur avaient été si longtemps refusés...

 

Les hommes ont-ils à le regretter ?

Du 18 septembre au 20 décembre 2015

 

Cacher les Archives, refuser le passé ?

Le 17 septembre 1915, des travaux effectués à la cathédrale Saint-Jean permettaient de retrouver de précieux documents, parmi les plus anciens conservés aux Archives, et qui avaient été cachés par les chanoines de Lyon pendant la Révolution.

 

Le centenaire de cette découverte est le point de départ de cette exposition qui présente les documents conservés dans l'armoire "secrète" des Archives, dont certains ont été restaurés pour l'occasion.

 

Plus généralement, elle inviter à réfléchir sur la relation que chacun de nous entretient avec les archives et le passé.

Du 11 mars au 12 juin 2015

L'Aigle à Lyon

 

A l’occasion de la commémoration du bicentenaire des Cent-Jours, période historique de l’Histoire française, les Archives Départementales et Métropolitaines consacrent une exposition à Napoléon Bonaparte, « l’ogre corse » pour les un, « l’Aigle » pour les autres.

 

Du 11 mars au 12 juin, l’exposition « L’aigle à Lyon » revient sur les liens forts qu’avaient tissé l’Empereur avec la Capitale des Gaules, et plus généralement avec le Département du Rhône. 18 panneaux explicatifs et ludiques offrent l’occasion de revenir sur les traces de Napoléon à Lyon et dans le Département.

Du 27 janvier au 6 mars 2015

 

Le Centre de documentation juive contemporaine 1943-2013 : documenter la Shoah

 

A l’occasion du 70e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, de la journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité, les Archives départementales et métropolitaines accueillent l’exposition : Le Centre de documentation juive contemporaine : 1943-2013 : documenter la Shoah

 

Le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) a été créé en avril 1943 à Grenoble. Isaac Schneersohn, l’initiateur de ce projet, voulait « écrire le Grand livre du martyrologue [sic] du judaïsme de France » et organiser la collecte des documents disponibles sur les persécutions antisémites perpétrées par l’occupant allemand et le régime de Vichy.

 

 

Installée en 1956 au sein du Tombeau du martyr juif inconnu, l’institution est devenue en 2013 le centre de documentation du Mémorial de la Shoah inauguré en janvier 2005. Fondateur d’une historiographie, premier centre d’archives sur le génocide accessible aux chercheurs et au public, lieu de mémoire des Juifs de France, le CDJC se confond aujourd’hui avec la mémoire de la Shoah dont il est l’undes dépositaires les plus importants.

 

 

Les documents réunis ici illustrent les multiples facettes de l’activité du CDJC, avec un accent particulier sur les années formatrices qui ont retenu en priorité l’attention des historiens, depuis la création du Centre dans la clandestinité jusqu’à la mort d’Isaac Schneersohn en 1969.

 

 

Du 7 au 24 novembre 2014

 

Le Rhône pendant la Grande guerre

 

 

A l’occasion du Centenaire de la guerre 14-18, le Département du Rhône a souhaité s’associer à l’élan commémoratif et rendre ainsi hommage aux combattants et à l’engagement des hommes, des femmes, et des enfants du Rhône.

 

Éloignés du front, les civils ont soutenu les soldats, accueilli les réfugiés des régions belligérantes, soigné les nombreux blessés, produit des milliers de munitions et équipements militaires, nourri la population, pleuré les morts, érigé des monuments à leur mémoire…

 

Parallèlement, les archives du Rhône proposent à tous ceux qui conservent des archives personnelles et familiales sur la Première Guerre Mondiale, s’ils le souhaitent, de les déposer aux archives départementales dans le cadre de la Grande Collecte 2014.

Du 22 mars au 13 octobre 2012

 

Jeux de cartes

 

Exposition itinérante : Tarare, Thizy, Villefranche, Givors

 

La Mostra de Givors, du 8 septembre au 13 octobre 2012

3 rue du Suel, 69700 Givors

Ouverture les mercredis et samedis de 15 h à 18 h
Renseignements : 04 72 49 18 18 / lamostra@ville-givors.fr

Ouverture exceptionnelle pour les Journées Européennes du Patrimoine
Samedi 15 septembre de 14h à 18h
Dimanche 16 septembre de 12h à 17h

 

 Dans le cadre de l'exposition Jeux de cartes, des cartes et des plans du département, issus des fonds de conservation des Archives parcourront le territoire rhodanien pour rejoindre différentes communes d'exposition : Tarare, Thizy, Villefranche, Givors et bien d'autres.

 Cette exposition s'attache à présenter le département du Rhône sous des traits que nous ne lui connaissons pas, tout en mettant en avant les différentes vocations qu'ont remplies les cartes au cours des siècles. Des cartes topographiques de base aux cartes permettant de retracer l'histoire du territoire, ses évolutions et ses extensions, en passant par les cartes qui "comptent" le territoire et participent à la collecte des impôts, celles qui sont de véritables instruments de travail sollicités dans des domaines aussi variés que les transports, la politique ou la météorologie, et les cartes réalisées comme de véritables chefs-d'oeuvre par un cartographe qui est plus souvent un peintre, l'échantillon est de qualité et l'originalité au rendez-vous.

 

 

 

L'exposition fait appel aux nouveaux outils technologiques et multimédias à sa disposition pour rendre une partie des documents conservés par les Archives départementales accessible aux visiteurs qui pourront rechercher, consulter et agrandir les documents à partir d'une table tactile.

Du 15 mai au 6 juin 2009

 

Objets migrateurs -Histoires d’immigration et transmission culturelle

 


Archives départementales du Rhône, section ancienne



L’exposition Objets migrateurs, réalisée par Xavier Pagès, photographe, et Philippe Barbier, preneur de son, se compose de 20 triptyques photographiques accompagnés chacun d’un témoignage oral d’une dizaine de minutes, qui sont autant d’histoires singulières de l’immigration.

Cette exposition artistique développe des thèmes – le rapport entre l’histoire et la mémoire, la valeur du témoignage…– qui s’inscrivent parfaitement en lien avec les Archives et permet en outre de poursuivre la réflexion engagée par les Archives départementales en 2008 sur les archives de l’immigration.  

 

Du 4 au 25 avril 2008

 

Objets migrateurs -Création en Boîtes

Archives départementales du Rhône, section ancienne

En partenariat avec la galerie Françoise Souchaud, les Archives départementales proposent de découvrir les créations plastiques et numériques de Marc Giai-Miniet.
Sur le thème des boîtes, l’artiste donne à voir des « petits théâtres muets », montages à la fois fantasmés et réalistes d’immeubles vus en coupe, superpositions d’étages et de pièces inhabitées. Dans une atmosphère pesante et sombre, le haut des boîtes, toujours lumineux, est réservé à ces lieux de mémoire qui transmettent la pensée, archivent l’histoire des hommes et les traces de leur vie.

 

Du 6 décembre 2007 au 18 février 2008

 

Terre de fêtes, temps de fêtes

Ancien Palais de Justice - Lyon 5e

La tradition de la fête est inscrite de tous temps dans le Rhône : des reliefs des banquets du début de l’ère chrétienne aux lumignons de la fête des Lumières, les traces de l’expression festive sont nombreuses.

La fête revêt bien souvent un aspect identitaire, pour occuper l’espace dans la ville, pour appuyer une démarche de revendication d’appartenance à un groupe ou encore affermir l’image qu’on veut donner de soi face à ceux qui nous entourent ou qui dépendent de nous. Mais elle se suffit parfois à elle-même, sans avoir besoin d’autre message que celui d’oublier un instant les soucis du quotidien dans la griserie de la musique et des manèges.
Les Archives départementales du Rhône vous invitent à prendre le temps de la réflexion sur les temps et les terres de ces fêtes. Autour de l’identité des acteurs, des promoteurs, des lieux, des motivations de la fête, la mise en scène de cette exposition et le catalogue vous proposent une promenade guidée dans ces différents thèmes pour mieux en comprendre les origines, la portée et la tradition.
Les documents d’archives, comme les objets, ne peuvent bien évidemment que donner une idée partielle de la notion de la fête, tant leur nature statique est éloignée de la vie et du mouvement intrinsèquement liés à l’image et à la réalité de la fête elle-même. De même, il est facile de jouer sur l’opposition entre l’éphémère festif, et souvent récurrent, et les traces concrètes et durables que la fête peut laisser, avant et après son expression publique.

Mais avant tout, la fête se veut expression du vivre-ensemble, du groupe qui a choisi de s’assembler le temps d’une fête sur une volonté et un territoire porteurs de sens et d’identité. Cette exposition veut d’ailleurs s’inscrire dans cette tradition, avec la volonté de partir des traces du passé pour témoigner de la pérennité et de la diversité du besoin humain de la fête.

 

 

 

100 ans d'archives aux Carmes déchaussés

 


À découvrir dans la cour d'entrée de la section ancienne des Archives

1907 : le couvent des Carmes déchaussés, monument phare de la colline de Fourvière, est transformé pour recevoir les Archives départementales du Rhône.
Retour sur 100 ans d’histoire…
Cette exposition sur panneaux, présentée par les Archives départementales du Rhône, retrace l’histoire du couvent des Carmes déchaussés et sa transformation pour recevoir les archives du Département en 1907. Elle revient également sur le siècle passé dans ces murs et la nécessité de s’agrandir en divisant les Archives en deux sections, ancienne et moderne, en 1986.

Du 15 septembre au 17 décembre 2006

1945... et après ? 

 

Ancien Palais de Justice - Lyon 5e

C’est en partant du simple constat que les années qui suivent les périodes de guerre sont souvent méconnues du grand public que les Archives départementales du Rhône ont décidé de consacrer leur exposition annuelle aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Il suffit de se reporter aux statistiques de publication de livres d’histoire et de consultation des documents d’archives pour s’apercevoir que tout au long du XXe siècle, c’est bien la période 1939-1945 qui attire les regards.
Mais que se passe-t-il après ? Peut-on balayer 6 années de guerre et reprendre la vie telle qu’elle était auparavant ?

 

Télécharger
panneaux de l'expo

Du 20 septembre au 20 décembre 2003

Sur les traces de Mérimée, naissance d’un sentiment patrimonial

 

Ancien Palais de Justice - Lyon 5e

Prosper Mérimée (1803-1870)
Sur les traces de Mérimée, le public rencontre d’abord, sur les bancs de l’école, les romans Carmen ou Colomba qu’il écrit dans sa jeunesse. Moins nombreux sont ceux qui connaissent le rôle majeur qu’il joua dans la mise en place d’une administration chargée de la conservation et de la restauration de l’héritage du passé.

En célébrant le bicentenaire de sa naissance en cette vingtième édition des Journées européennes du patrimoine, le Département et les Archives du Rhône, soutenus par la direction régionale des Affaires culturelles Rhône-Alpes, rendent hommage à l’œuvre de Prosper Mérimée, qui occupa le poste d’inspecteur général des Monuments historiques entre 1834 et 1860. Infatigable autodidacte, Mérimée parcourt la France afin de signaler au gouvernement les mesures de protection à prendre et les restaurations à entreprendre pour sauver les édifices en danger. En posant les questions de protection des édifices, de déontologie de restauration, de circuits de financement, Mérimée et ses contemporains dessinent les premiers contours d’une politique et d’une réflexion patrimoniales toujours d’actualité.

 

 

Télécharger
Photos

Horaires de la salle :

 

 

La salle de lecture est ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 17h et jusqu’à 18h le jeudi (hors vacances scolaires). La salle ouvre à 13h le premier lundi du mois.

 

Dernière communication de documents à 16h.

La salle sera fermée les 25 et 26 mai, 5 juin, ainsi que le lundi 3 juillet toute la journée.

Fermeture annuelle : du lundi 31 juillet au mardi 15 août inclus.​

 

 

 

Pour tout renseignement

Tél. : 04 72 35 35 00

Contactez-nous













* Champs obligatoires