Ce portail est conçu pour être utilisé sur les navigateurs Chrome, Firefox, Safari et Edge. Pour une expérience optimale, nous vous invitons à utiliser l'un de ces navigateurs.
Bienvenue sur le site des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    26/01/2022, 10:00
    👩‍🏫 #Histoire 👨‍🏫

    Connaissez-vous la République cisalpine ?

    Napoléon, qui n’est encore que le premier consul Bonaparte, en devient président le 26 janvier... 1802

    📅 Établie en 1796, cette « république sœur » couvre l'Italie du Nord avec Milan pour capitale.
    Bien que reconnue par les Autrichiens par le traité de Campoformio, elle disparaît temporairement lorsqu’ils reprennent Milan en 1799, avant d’être restaurée l’année suivante après la bataille de Marengo.

    🏛 En 1802, Bonaparte décide de réunir les représentants italiens, officiellement pour établir une nouvelle constitution avec de nouvelles institutions. En réalité, il impose sa domination sur celle qu’il rebaptise désormais République italienne.

    🤔 Mais quel rapport avec le #Rhône ?

    📜 Comme on peut le découvrir dans les papiers du cardinal Fesch, qui contiennent notamment des documents de son prédécesseur comme ambassadeur à Rome (avant 1803), cette assemblée des représentants italiens a lieu à #Lyon, au collège jésuite de la Trinité (actuel lycée Ampère), à partir de décembre 1801.

    👨‍⚖️ Bonaparte, accompagné de Joséphine de Beauharnais, comme mentionné dans la lettre du 26 nivôse an X, arrive le 11 janvier 1802 pour présider aux travaux de la Consulte (ou Consulta) de Lyon.
    Quelques jours plus tard, comme le relate la lettre du 10 pluviôse, « le Premier Consul a daigné accepter la présidence du gouvernement » et a procédé à la nomination du vice-président, des membres du gouvernement et du conseil législatif.

    1 F 12 Papiers de François Cacault, prédécesseur du cardinal Fesch à Rome. Lettres reçues du ministre des Relations extérieures de la République cisalpine. 4 brumaire-5 ventôse an X
    https://archives.rhone.fr/ark:/28729/m8tf0vwzgx42
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    25/01/2022, 09:55
    📂 Quand l’archiviste touche le fonds 📂

    Novembre 2021 : les 4️⃣ plans de fin d’étude de l’architecte Joseph Cateland (1878-1959) nous sont confiés par ses petits-enfants.

    🎨 Ces documents réalisés en 1897 proposent une vision « inventée » du site antique de Fourvière et de l’amphithéâtre.

    🏟 Sans doute influencé par les débats, hypothèses et conjectures agitant historiens et archéologues au cours du XIXe siècle, Joseph Cateland situe l’amphithéâtre sur la colline de Fourvière, recréant cet édifice emblématique de la civilisation gallo-romaine.

    ⛏ Mais en 1933, un chantier municipal lancé par Edouard Herriot met au jour l’actuel théâtre et ses gradins que les Lyonnais affectionnent tant lors du Festival Les Nuits de Fourvière - Officiel

    ✅ Quelques années plus tard, une nouvelle découverte archéologique sur les pentes de la Croix-Rousse, situe définitivement l’ancien amphithéâtre au niveau du Jardin des Plantes.

    🔀 Malgré cette erreur manifeste de localisation, Joseph Cateland nous laisse 4 très beaux documents, alliant précision et poésie, souci du détail et imagination.

    Le fonds 63Fi est intégralement numérisé et disponible en ligne
    👉 https://archives.rhone.fr/ark:/28729/ntjkmzdl9b3p

    63Fi1 Plan d’ensemble.

    63Fi1 Théâtre et amphithéâtre.

    63Fi3 Élévation sur l’area, l’entrée.

    63Fi4 Coupe.

    63Fi3 Statue et signature.

    63Fi2 Fragments grandeur nature.
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    24/01/2022, 10:00
    👩‍🔧 #Ateliers 👨‍🔧

    L’équipe des Archives vous propose de découvrir sa boîte à outils, sur des spécialités variées 🔜

    💥 Jeudi 10 février : Vivre dans le Rhône en 39-45

    👍 Jeudi 17 mars : Mieux consulter pour mieux conserver

    ⛪️ Jeudi 7 avril : L’église de votre commune : son histoire à travers les siècles

    🚼 Jeudi 12 mai : L’enfance assistée

    🕵️‍♀️ Lundi 13 juin : Les archives de l’enregistrement : qu’y trouve-t-on ? Comment chercher ?

    Inscription à archives@rhone.fr

    Toutes les informations ⤵
    👉 https://archives.rhone.fr/page/ateliers

    42 Fi 588 Cartes postales reçues par la famille Bonnefond. Atelier [de mécanique], s.d.
    👉 https://archives.rhone.fr/ark:/28729/z405f2rgj3m6
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    22/01/2022, 10:02
    ❓ #CestAussiUneCommuneDuRhône ❓

    22 janvier : c’est la saint… Vincent !

    Dans le #Rhône, il est de Reins !

    Vincent est le patron des vignerons et, donc, représenté avec une grappe à la main. Son culte est très répandu sur les territoires du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon dont une grande partie est vouée à la culture de la vigne.
    Plusieurs églises et chapelles son sous son vocable, notamment à Villié-Morgon, Saint-Laurent-d’Agny ou encore à… Saint-Vincent-de-Reins !

    Saint-Vincent-de-Reins est une commune rurale marquée par le développement de l’industrie textile au XIXe siècle, et notamment les filatures grâce à la proximité avec la rivière du Reins. 🧶
    Sa population a plus que doublé au cours de ce siècle, ce qui semble d’ailleurs constituer un sujet sensible lors du recensement de 1891 lorsqu’elle est manifestement sous-évaluée. 🧐
    Dès 1852, la surveillance politique de la fréquentation des cabarets nous renseigne sur leur nombre et leurs localisation. 🔢

    Bannière et vitrail représentant saint Vincent, églises du Rhône.
    #AntiquitésObjetsArt

    11 Fi 2663 Carte postale de Saint-Vincent-de-Reins. V. 1943
    👉 https://archives.rhone.fr/ark:/28729/xvmhf6k50sl4

    O 1640 Enquête sur les cabarets. 1852

    6 M 881 Rapport du percepteur de Saint-Vincent-de-Reins au trésorier payeur général du Rhône à propos du recensement de 1891

    Photographie de la chapelle Saint-Vincent de Saint-Laurent-d’Agny
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    21/01/2022, 10:00
    📆 #Histoire 📆

    21 janvier… 1942 : disparition de Luc Court

    Natif de l’Isère, ce diplômé de l’École Centrale Lyon, promotion 1883, est un industriel reconnu du secteur lyonnais de l’automobile dans la première moitié du XXe siècle.

    Il commercialise son premier modèle dès 1899 et en développe d’autres dès les années 1900, déposant également plusieurs brevets.

    Des camions produits par les établissements Luc Court seront utilisés durant la Première Guerre mondiale. C’est d’ailleurs dans ce secteur que l’entreprise percera dans les années 1920 et 1930 : camions de petit et moyen tonnage, autocars...

    Dans les années 1930, sa dernière innovation reposera sur un brevet de moteurs diesel.
    Il disparaît à l’âge de 80 ans, l’entreprise familiale prise dans les tourments de l’Occupation.

    Exclue du plan Pons d’attribution des matières premières en 1946, la « rationalisation » de la production étant concentrée sur les gros producteurs, l’entreprise ne conservera qu’une activité d’entretien avant de disparaître au début des années 1950.

    Envie d’en savoir plus ? Consultez aussi la Fondation Berliet

    PER 1900/1 Publicité des Automobiles Luc Court, Revue de l’Automobile-Club du Rhône, n° 8, novembre 1906

    PER 1284/3 Publicité des Automobiles Luc Court, Bulletin mensuel des anciens élèves de l'École centrale lyonnaise, n° 144, janvier 1920

    10 M 464 Rapport de police concernant la grève des ouvriers de la maison Luc Court, 6 décembre 1928
  • Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
    20/01/2022, 07:09
    👨‍🏫 #Conférence 👨‍🏫

    Découvrir Molière et sa troupe sous un autre angle ?

    Celui de l'itinérance de la troupe, dans la France du XVIIe siècle.

    C'est possible et c'est au théâtre... non aux Archives ce soir 🎭

    Toutes les informations utiles ⤵️
Ce site utilise des cookies techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Ils ne contiennent aucune donnée personnelle et sont exemptés de consentements (Article 82 de la loi Informatique et Libertés).
Vous pouvez consulter les conditions générales d’utilisation sur le lien ci-dessous.