1J - Petits fonds et pièces isolées d'origine privée

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

1J 1-1J1764

Date

XIII-XXIe

Modalités d'entrées

Achats, dons, legs, dépôts.

Présentation du contenu

La sous-série 1 J est constituée de documents isolés ou de petits fonds (1 mètre linéaire au maximum), d'origine privée pour la plupart.

Mode de classement

La série J a été créée par la circulaire du 15 avril 1944. Le cadre de classement et la cotation en ont été fixés par la circulaire du 16 décembre 1965, et confirmés par celle du 18 décembre 1998.

De 1964 à 1986, les pièces isolées qui auraient dû former la sous-série 1 J ont été cotées selon un système simple mais condamné à disparaître dès sa création : le numéro de la sous-série correspondait au millésime de la date d'enregistrement. C'est ainsi que l'on commence le registre de l'année 1964 en inscrivant 64 J 1.

En 2005, Nathalie Favre-Bonvin établit une cotation conforme à la réglementation. Les articles sont ordonnés à partir de 1 J 1. Un premier inventaire propose en salle de lecture la consultation des articles 1 J 38 à 1 J 416.

Depuis, chaque document nouvellement entré aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon est coté par ordre d'arrivée.

Conditions d'accès

Les documents sont propriété du Département du Rhône ou de la Métropole de Lyon. Communicabilité libre, sauf mentions particulières dans le corps de l'instrument de recherche.

Cote/Cotes extrêmes

1J1-1764

"Dissertation sur une urne antique trouvée dans le jardin d'Ainay", par Antoine Laisné.

Cote/Cotes extrêmes

1J1733

Date

1728

Modalités d'entrées

Extrait de BP 4041.

Présentation du contenu

« Discours prononcé dans la séance publique de l'académie de Lion le 27e avril 1728 », manuscrit, avec une planche gravée en tête : « Urna fictilis », et en mention finale, p. 11 : « ce discours est de Mr Ant. Laisné, directeur de la Monnoye de Lyon, à moi envoyé par l'auteur l'onzième juin 1728 » (de la main de Claude Brossette, secrétaire de l'académie) et « ce manuscrit provient de la bibliothèque de l'abbé Gouveaux, vendue en 1836 à Dijon ». Publié dans les Mémoires de Trévoux en 1728.