5025W - Le Prado - Enfants assistés confiés au Prado de la Guillotière, au Prado de Saint Romain (Les Eaux Vives)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

5025W 1-5025W85

Date

1943-1990

Importance matérielle

85 article(s)

Origine

Le PRADO

Biographie ou Histoire

La Maison d'enfants Les Alizés est l'héritière en droite ligne de l'OEuvre de Première Communion fondée par le Père Antoine Chevrier dans le quartier populaire de la Guillotière à Lyon en 1860. Jusqu'aux années 1940, cette dernière accueille, sur le lieu d'une ancienne grange qui servait jusque-là de salle de bal appelée «Le Prado», des enfants de 13-14 ans auxquels on enseigne le catéchisme pendant six mois en vue de leur première communion.

Vers la fin de la guerre, le Prado de la Guillotière est transformé en un internat de rééducation avec une section de garçons de 12 à 14 ans au 75 rue Sébastien-Gryphe et une section de filles également de 12 à 14 ans au 14 rue du Moulin. En 1947, la première section compte 112 garçons (41 confiés par les familles, 71 par les pouvoirs publics), dont un bon nombre, après leur scolarité, passeront à l'internat du Prado d'Oullins, puis du Cantin après 1949. En 1948, ils sont 60 garçons et 30 jeunes filles. Ces dernières quittent la Guillotière en 1949 pour être installées à Oullins au 12 rue du Perron. En 1955, les 73 garçons de l'internat sont à leur tour transférés à Saint-Romain-au-Mont-d'Or dans une grande propriété avec château du XVIIIe siècle. Ce dernier établissement prendra successivement les noms des «Prado de Saint-Romain», «Les Eaux vives», puis «Les Alizés».

Dans les années qui suivent, le «Prado de Saint-Romain» se dote de deux établissements annexes: le Foyer de Gerland, en 1958, situé 300 avenue Jean-Jaurès à Lyon, lequel accueille 22 jeunes en 1965; l'Externat spécialisé du Prado, créé en 1968 en réinvestissant le 75 rue Sébastien-Gryphe, entretemps occupé par l'Ecole d'apprentissage du Prado. Ce dernier accueille en semi-externat 54 garçons de 14 à 16 ans présentant des troubles du caractère et du comportement (voir Institut Antoine-Chevrier).

Au début des années 1980, l'arrivée d'un public davantage touché par la crise et ressenti comme plus violent motive l'aménagement d'appartements fonctionnels et agréables. Il s'agit de limiter les inconvénients d'un hébergement en château où «les bruits se propagent trop» et où «la proximité des différents groupes donne un aspect de grande collectivité propice à la violence et à une certaine contagion» (rapport d'activité 1982). Les travaux de transformation en véritable «maison d'enfants» portent sur «des chambres à deux bien séparées par des lieux de passages alvéolaires, des bureaux pour éducateurs dans chaque groupe, ne cuisine et une petite lingerie qui permettront aux services généraux de vivre au moins partiellement vers les enfants». La mixité est par ailleurs réalisée en 1982 avec l'arrivée des quatre premières fillettes.

Histoire de la conservation

Depuis le début de leur conservation en 1943, les dossiers d'enfants de la Maison d'enfants Les Alizés (anciennement section des garçons du Prado de la Guillotière) sont classés par tranche d'années, puis par ordre alphabétique à l'intérieur de chaque tranche.

Les dossiers de la première tranche, 1943-1956, qui correspondent essentiellement à la période de la Guillotière, ont été retrouvés mélangés aux dossiers de jeunes du Prado du Cantin (anciennement Prado des Sucs, puis d'Oullins) de 1943 jusque vers 1957 et aux dossiers individuels tenus par le Service social du Prado de 1947 à 1969. Cette conservation unifiée dans une seule et même collection de dossiers est peut-être d'origine. Elle rendrait compte d'un traitement administratif centralisé des dossiers de jeunes à l'époque du Prado de la Guillotière. Les dossiers des trois unités de cette période (Guillotière, Cantin et Service social du Prado) sont cependant identifiés pour la plupart par des petites bandes de papier de couleurs différentes collées près de la tranche: rouge pour le Prado de la Guillotière, jaune pour le Prado des Sucs (puis d'Oullins, puis du Cantin), vert pour le Service social du Prado. C'est sur la base de cette indication qu'ont pu être constituées séparément les collections de dossiers de la Guillotière ( cotès en 5025 W) , du Cantin (cotés en 5028 W) et du Service social du Prado (cotés en 254 J).

Les dossiers d'enfants du Prado de la Guillotière qui étaient confiés à leur sortie au Prado du Cantin (ou des Sucs ou d'Oullins) sont à rechercher dans la collection de dossiers de l'institut spécialisé de formation du Prado (ISFP) (cotés en 5028 W).

Modalités d'entrées

Type d'entrée : versement

Date d'entrée : 22/05/2015

Présentation du contenu

Un tableau nominatif est joint au versement.

Conditions d'accès

au bout de 50 ans (Les dossiers sont communicables immédiatement aux intéressés ou 50 ans après leur clôture au public.)

Autre instrument de recherche

L'ensemble des fonds institutionnels du Prado est réparti dans les fonds :

253 J Direction générale

254 J Service social du Prado

255 J Oeuvre d'apprentissage du Prado

256 J Maison d'enfants les Alizés

257 J Foyer de Gerland

258 J Institut Antoine Chevrier

259 J Institut spécialisé de formation du Prado (ISFP)

260 J Foyer du Cantin

261 J Institut Elise Rivet

Les dossiers individuels des usagers sont cotés par établissements :

5025 W Maison d'enfant les Alizés

5026 W Foyer de Gerland

5028 W Institut spécialisé de formation (ISFP)

5029 W Foyer du Cantin

5075 W Le Colombier

Cote/Cotes extrêmes

5025W/20-5025W/85

Date

1950-1990

Évaluation, tris et éliminations, sort final

conservation

Conditions d'accès

Communicable

GRA-GUI.

Cote/Cotes extrêmes

5025W/34

Date

1957-1967

Particularité physique

papier

Évaluation, tris et éliminations, sort final

conservation

Conditions d'accès

Communicable au bout de 50 ans à partir de 1967