5028W - Le Prado - Enfants assistés confiés par décision judiciaire à l'Institut spécialisé de formation du Prado l'Autre Chance (ISFP)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

5028W 1-5028W81

Date

1943-2000

Importance matérielle

12,7 ml, 81 article(s)

Origine

Le PRADO

Biographie ou Histoire

Le «Prado L'Autre Chance» a pour origine le «Prado des Sucs» à Saint-Romain-le-Puy (Loire), fondé à partir de la reprise d'une ancienne œuvre d'enfants effectuée en 1943 à la demande du diocèse de Lyon. Cet établissement qui accueille 12 enfants connaît en 1945 une brève expérience de formation interne de rééducateurs de l'enfance coupable qui y suivent un stage d'un mois, suivi de sessions de 15 jours par trimestre. En 1947, le centre est transféré à Oullins en 1947 et prend le nom de «Prado du Perron», avant d'ouvrir une annexe en 1948 pour l'apprentissage agricole et industriel sur une propriété récemment acquise à Fontaines-Saint-Martin au lieu-dit «Le Cantin». L'année suivante, l'annexe devient un établissement de plein droit en internat où les garçons sont installés de façon entière et définitive, tandis que les filles rejoignent Oullins. Cet internat de rééducation que l'on appellera «Centre éducatif et professionnel» (CEP) du Cantin crée à son tour deux établissements secondaires, une annexe agricole à Saint-Siméon-de-Bressieux (Isère) en 1949, puis un foyer de semi-liberté, le Foyer du Cantin en 1959, qui obtiendront une gestion indépendante dans les années 1970. En 1952, le «Prado du Cantin» compte 54 garçons dits «débiles légers» (annexe agricole incluse) et emploie quatre éducateurs et cinq éducateurs techniques. En 1969, ils sont 12 éducateurs, dont trois diplômés. Les jeunes reçoivent à cette date une formation générale et professionnelle répartie entre sections de maçonnerie, mécanique, soudure, préformation, ainsi que de mise au travail pour les «garçons dont l'inadaptation au milieu du travail a nécessité un placement au Foyer». A la sortie, ils peuvent obtenir une attestation professionnelle de la Chambre des Métiers, tandis que quelques-uns poursuivent leur formation par un stage FPA.

En 1974, la propriété du Cantin fait l'objet d'une donation au Prado par la Société Gonnard. Gérée jusque-là par l'Association de la Providence du Prado, la maison entre donc dans la gestion de l'Etablissement de la Providence du Prado reconnu d'utilité public.

Le Centre éducatif et professionnel connaît une profonde restructuration au tournant des années 1990, avec la séparation de l'hébergement (désormais assuré par le Foyer A2) du semi-internat resté sur place. Il prend le nom d'Institut spécialisé des formations du Prado (ISFP), puis «L'Autre Chance» en septembre 2010. Les sortants se partagent entre retour en famille et placement au Foyer du Cantin.

Modalités d'entrées

Type d'entrée : versement

Date d'entrée : 22/05/2015

Présentation du contenu

Un tableau nominatif est joint au versement (voir le président de la salle de lecture).

Conditions d'accès

Communicable au bout de 50 ans (Les dossiers sont communicables immédiatement aux intéressés ou 50 ans après leur lôture pour le public.)

Autre instrument de recherche

L'ensemble des fonds institutionnels du Prado est réparti dans les fonds :

253 J Direction générale

254 J Service social du Prado

255 J Oeuvre d'apprentissage du Prado

256 J Maison d'enfants les Alizés

257 J Foyer de Gerland

258 J Institut Antoine Chevrier

259 J Institut spécialisé de formation du Prado (ISFP)

260 J Foyer du Cantin

261 J Institut Elise Rivet

Les dossiers individuels des usagers sont cotés par établissements :

5025 W Maison d'enfant les Alizés

5026 W Foyer de Gerland

5028 W Institut spécialisé de formation (ISFP)

5029 W Foyer du Cantin

5075 W Le Colombier

Cote/Cotes extrêmes

5028W/2-5028W/81

Date

1947-2000

Évaluation, tris et éliminations, sort final

conservation

Conditions d'accès

Communicable

AOM-FAU.

Cote/Cotes extrêmes

5028W/13

Date

1963-1968

Particularité physique

papier

Évaluation, tris et éliminations, sort final

conservation

Conditions d'accès

Communicable au bout de 50 ans à partir de 1968