302J - Association de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (ADSEA) du Rhône

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

302J 1-302J230

Date

1943-2003

Origine

Sauvegarde 69

Biographie ou Histoire

La présente introduction reprend presque intégralement celle rédigée en 2009 par Sylvain Cid, archiviste du conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale (CNAHES).

1) L'ADSEA du Rhône

L'Association départementale de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (ADSEA) du Rhône est créée à la fin de l'année 1949, dans le giron de la nouvelle Association régionale Rhône-Alpes de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (ARRASEA), seule reconnue et habilitée par l'État pour recevoir et répartir les subventions. Elle a pour objet de gérer, par délégation de l'ARRASEA, les établissements créés depuis 1943 par cette dernière, à savoir le centre régional d'observation pour garçons « La Maison des enfants », le centre régional d'observation pour filles « La Source », le centre de rééducation « Les Moineaux » pour les garçons caractériels à Tassin-la-Demi-Lune, puis le Centre « Le Relais » dit de réadaptation à la vie sociale à Lyon. L'ADSEA reçoit de surcroît le Service social spécialisé en gestion directe.

Après avoir été dépossédée par le Centre régional pour l'enfance et l'adolescence inadaptées Rhône-Alpes (CREAI) de la gestion des deux centres d'observation à vocation régionale en 1967, l'ADSEA récupère en 1973 non seulement leur gestion, mais aussi les immobilisations de tous les centres du CREAI, hormis celles du Centre de formation d'éducateurs spécialisés (CFES) de Caluire.

L'ADSEA procéde par elle-même à la création d'un certain nombre d'établissements et services supplémentaires dans le département du Rhône : un Institut médico-éducatif, dit Centre spécialisé de rééducation pour enfants débiles profonds « Le Clos du Renard », en 1956 à Condrieu ; un premier Service de prévention spécialisée basé à Bron dès 1959 ; un Institut médico-professionnel (IMPro) à Ampuis en 1968 ; un Institut médico-éducatif (IME) à Bessenay en 1969. Un certain nombre d'entre eux sont transformés par la suite. C'est le cas, dans une démarche expérimentale défendue avec force, du centre de Condrieu. Avec la mise en place en 1984 d'une structure pour adolescents et jeunes adultes baptisée « L'Echappée », ce centre est pensé comme une alternative à l'hôpital psychiatrique.

2) Le Service social spécialisé

Le Service social près le Tribunal pour enfants de Lyon est mis en place par l'Association régionale pour la sauvegarde de l'enfance (ARSEA) de Lyon le 1er octobre 1946. En 1949, il passe sous la gestion directe de l'Association départementale de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (ADSEA) du Rhône. Il s'installe en 1954 dans de nouveaux locaux, avec trois bureaux pour les assistantes sociales, un pour l'assistante sociale-chef, deux pièces pour la réception des familles, une salle d'attente et un secrétariat. Les frais généraux (entretien et utilisation des locaux) sont à la charge de la Sauvegarde. En 1956, le personnel comprend une assistante sociale-chef, huit assistantes sociales, trois secrétaires et une auxiliaire sociale.

Le secteur géographique couvert se limite au seul arrondissement de Lyon, alors que l'Association de sauvegarde de Villefranche-sur-Saône gère également un service social semblable. Par ailleurs, la Société lyonnaise de sauvetage, qui gérait précédemment pour l'ensemble du département un service spécial comportant d'une part, des gardes d'enfants et, d'autre part, des tâches d'assistance éducative et de tutelles aux allocations familiales, a renoncé en 1956 à ce second domaine d'activités.

À partir de 1957, l'ensemble des missions d'enquêtes et de prévention concernant l'enfance en danger sont assumées, dans l'un et l'autre arrondissement du Rhône, par les services gérés par les deux associations de sauvegarde.

En 1961, le Service social de Sauvegarde est habilité pour l'exercice des AEMO (actions éducatives en milieu ouvert). En 1973, il incorpore le service d'observation en milieu ouvert (OMO) du CREAI.

En 1983, le service social, qui multiplie ses activités, est divisé en quatre unités : le service AEMO (Action éducative en milieu ouvert), le SIOE (Service d'investigation et d'orientation éducative), le Service de contentieux familial « La Presqu'île » et le Service de tutelle aux prestations sociales.

3) Le docteur René Lachanat

Le docteur René Lachanat compte en bonne place parmi les médecins psychiatres (Pr Jean Dechaume, Dr Claude Kohler) qui ont investi le secteur lyonnais de l'enfance dite « irrégulière ». Il intègre la Sauvegarde autour de 1950 comme conseiller technique de l'ARSEA de Lyon, fonction qu'il continue d'exercer ensuite auprès du CREAI Rhône-Alpes. Il a été également vice-président de l'ADSEA du Rhône et du CREAI Rhône-Alpes.

Histoire de la conservation

Ces dossiers ont été laissés au siège de l'ADSEA et ont suivi ses déménagements successifs jusqu'au 16 rue Nicolaï. Ils y ont été classés et inventoriés en 2009 par Sylvain CID, archiviste du conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale (CNAHES). Ils sont restés dans les locaux de l'ADSEA jusqu'à leur dépôt aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon en juin 2018.

Modalités d'entrées

Dépôt.

Présentation du contenu

Le fonds de l'ADSEA du Rhône est composé de trois sous-fonds.

  • Le fonds de la direction générale de l'ADSEA (302J1-210).
  • Le fonds du service social spécialisé (302J211-217).
  • Le fonds du docteur René Lachanat (302J218-230).

Peu volumineux, le fonds Lachanat peut néanmoins apporter des compléments intéressants au fonds de l'ADSEA, à la fois sur le fonctionnement associatif et le suivi des établissements. Le chercheur y trouvera également des documents témoignant plus spécifiquement de l'environnement de travail du docteur Lachanat, tels que des fiches d'observation, des cours, des conférences, des notes, des articles sur la psychologie, la psychologie sociale et l'éducation.

Mode de classement

Le présent inventaire est méthodique : il ne suit pas l'ordre des cotes mais une organisation intellectuelle des différents sous-fonds dont les informations se recoupaient. Il est composé de trois parties.

1) Archives concernant l'ARSEA de Lyon (devenue ensuite ARRASEA puis CREAI Rhône-Alpes).

2) Archives de l'ADSEA du Rhône, subdivisée en trois sous-parties :

  • Direction générale : fonctionnement et administration de l'association.
  • Suivi des établissements et des services.
  • Service social près le tribunal pour enfants de Lyon, devenu ensuite le Service social spécialisé de protection de l'enfance et de l'adolescence en danger, puis Services sociaux spécialisés.

3) Archives du docteur Lachanat (études, notes et enquêtes). Les archives du sous-fonds Lachanat qui concernent l'ARSEA ou l'ADSEA ont été reclassés dans les parties correspondantes.

Conditions d'accès

La communication de ces documents déposés par la Sauvegarde 69 est soumise à autorisation de cette dernière. Attention, les dossiers des ressources humaines et ceux de suivi des établissements peuvent potentiellement contenir des données à caractère personnel.

Autre instrument de recherche

 

 

Documents en relation

Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP)

Fonds du professeur Georges Heuyer.

Archives nationales

208 AS XXXIII : CNAHES. Sous-fonds de l'Union nationale des Associations Régionales pour la Sauvegarde de l'Enfance et de l'Adolescence inadaptées (UNARSEA) - Association Française pour la Sauvegarde de l'Enfance et de l'Adolescence inadaptées (AFSEA) (1945-1985).

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon

4986 W : ADSEA. Dossiers de mineurs suivis en Action éducative en milieu ouvert (AEMO) (1952-2001)

5446 W : ADSEA. Etablissement Le Relais renommé Espaces Pré vert : dossiers individuels (1966-1986).

5448 W : ADSEA. Direction administrative : fichier central des usagers (1968-1985).

5418 W : Association de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (ASEA) de Villefranche. Mesures de protection de l'enfance et d'investigation : dossiers individuels (1967-1996).

290 J : Paul Fustier, pionnier de la clinique du quotidien en institution (1937-2016).

Cote/Cotes extrêmes

302J1-302J210, 302J212-302J217, 302J222-302J228

Date

1944-2003

Cote/Cotes extrêmes

302J73-302J174, 302J207-302J208, 302J225-302J227

Date

1944-2003

Cote/Cotes extrêmes

302J94-302J99

Date

1962-2000

Etude.

Cote/Cotes extrêmes

302J98

Date

2000

Présentation du contenu

Jean-Noël BRUGIERE, La massification du nombre d'enfants en difficultés, mémoire DESS de sociologie, Université d'Evry Val d'Essonne – IRSRS Montrouge, nov. 2000, 117 p. + annexes.