75J - Archives personnelles de Jacques François Baltus, ingénieur des ponts et chaussées

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

75J 1-75J8

Date

1773-1856

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon

Origine

BESANCON (Ingénieur des Ponts-et-Chaussées)

Biographie ou Histoire

Jacques François BALTUS, baptisé le 28 novembre 1755 à Metz, descend d'une lignée de conseillers au bailliage de Metz. Il fut élève du Collège Royal de cette ville où lui seront enseignées notamment mathématiques (arithmétique, géométrie, algèbre) et physique.
Baltus entre à l'Ecole des Ponts et Chaussées en novembre 1778 où sa scolarité durera cinq ans et demi. Aux mathématiques et physique s'ajoutent chimie, histoire naturelle et une intensive pratique du dessin ainsi que des notions d'architecture. Il alterne l'instruction à l'Ecole et les apprentissages sur le terrain.
Jacques François Baltus entame sa carrière dans les Ponts et Chaussées comme sous-ingénieur dans la Généralité de Limoges dès avril 1784, puis l'administration l'affecte quelques mois plus tard dans celle de Grenoble, plus précisément à Briançon. Il sera envoyé dès janvier 1788 à Roanne, dans la Généralité de Lyon, avant d'exercer définitivement à Villefranche-sur-Saône.
C'est à Villefranche que Baltus sera promu « ingénieur ordinaire de première classe » en 1805 et qu'il fera souche après avoir épousé en 1804 Anne Françoise Pauline VOIRET, fille d'un avocat général au Parlement de Dombes. Le couple aura une fille, Anne Amelina, qui en 1827 s'alliera à la famille GILLET dont plusieurs membres furent des notables d'Anse.
Baltus sera mis en retraite le premier août 1814. Tant son dossier de carrière que la table des absences et successions de Villefranche placent son décès au 11 octobre 1827 sans que celui-ci soit enregistré à l'état civil de Villefranche ou celui d'Anse.

Histoire de la conservation

Les administrations de l'Ancien Régime essayaient déjà de faire la distinction entre les productions privées et publiques de leurs membres. Nombre de fonctionnaires d'État considéraient que les documents, même produits dans le cadre de leur activité, étaient privés. La fin de l'Ancien Régime, et le XIXe siècle après lui, tentent encore de faire respecter cette distinction.
Le fonds ici traité reflète bien les difficultés amenées par cette distinction du public et du privé. Ce fonds s'est avéré constitué en grande partie non pas de documents privés mais publics, et une distinction majeure a dû être faite lors du traitement du fonds. L'historique de conservation étant inconnu, il fallut trier les archives publiques relevant des activités et fonctions de l'ingénieur des Ponts et Chaussées, des papiers personnels et familiaux de Jacques François Baltus et de ses alliés. Les premières pièces sont appelées à réintégrer la série S, les dernières à constituer pleinement le fonds 75 J.

Modalités d'entrées

Don de M. Besançon. Date d'entrée : 01/01/2001

Présentation du contenu

Il s'agit ici des papiers personnels de l'ingénieur Jacques François Baltus : d'une part ses travaux d'études avant et après son entrée à l'École des Ponts et Chaussées, révélateurs des connaissances et compétences d'un futur ingénieur de la fin du XVIIIe siècle, on trouve notamment un cahier de physique vraisemblablement rédigé de la main d'un aîné ; d'autre part, des documents d'ordre privé, voire intime, produits ou reçus par l'ingénieur après son installation à Villefranche-sur-Saône entre 1799 et 1827, principalement de la correspondance et des actes notariés. Ces dernières pièces mettent en lumière ses relations avec sa fratrie et avec la famille Voiret, sa belle-famille, mais laissent deviner également à l'instar de deux textes de chansons notables sa perception du contexte historique de l'époque.
Le fonds comporte également divers papiers familiaux de la famille Gillet, principalement de Jean Marie Félix Gillet, maire d'Anse, et de Joseph Gillet, juge de paix à Anse et gendre de Jacques François Baltus.
Enfin le dernier article du fonds se compose de diverses pièces comptables émanant de plusieurs commerces et sans lien apparent avec le fonds.

Mode de classement

Le fonds originel mélangeait documents publics, des Ponts et Chaussées, et archives d'ordre exclusivement privé. Il s'agit ici du fonds privé reconstitué. Le plan de classement initial du producteur n'a pu être établi et le classement choisi suit une logique thématique.
Des documents publics du fonds originel concernant la ville de Bourganeuf devraient être transmis au département de la Haute-Vienne, de même que certains autres touchant la justice de paix de la ville d'Anse devraient réintégrer la série U des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon.

Conditions d'accès

Fonds librement communicable.

Documents en relation

Archives nationales
F/14/2152 et F/14/11064 : dossiers administratifs de Jacques François Baltus (1784-1816).

Archives de l'École nationale des Ponts et Chaussées :
- Ms 3273/1 : enregistrement des élèves ; journal de l'école n° 1.
- Ms fol.1911 : état des grades et des talens des élèves de l'École des Ponts et Chaussées, et de l'emploi de leur temps [&]
- Ms 87 : état des ingénieurs, inspecteurs et sous-ingénieurs des Ponts et Chaussées dressé au [à partir du] premier octobre 1770 [&].État général des ingénieurs des Ponts et Chaussées, an 2ème 1794 vieux stile ; état général du corps des ingénieurs, 1803-An XI).

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon :
- 1 C 123 : travaux publics : personnel.
- S 4081-4101 : travaux de Jacques François Baltus, ingénieur des Ponts et Chaussées.

Bibliographie

CHATZIS, Konstantinos, "École des Ponts et Chaussées", Encyclopdia Universalis [en ligne]. [consulté le 5 octobre 2018]. Disponible sur le Web: http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ecole-des-ponts-et-chaussees
PICON, Antoine, L'invention de l'ingénieur moderne : l'École des Ponts et Chaussées (1747-1851), Paris, Presses de l'ENPC, 1992. 768 p. ISBN 2-85978-178-1
VELU, Hélène, "Villefranche en Beaujolais", Géocarrefour [en ligne] [consulté le 22 novembre 2018]. "Les études rhodaniennes : 1938". p.1-88. Disponible sur le Web : https://www.persee.fr/doc/geoca_1164-6268_1938_num_14_1_6532 ISSN 1627-4873.

Mots clés personnes

Mots clés collectivités

Cote/Cotes extrêmes

75J1-75J5

Date

1776-1779

Chevaux.

Cote/Cotes extrêmes

75J1

Date

[1770-1780]

Présentation du contenu

Dressage : notes personnelles.