270J - Fonds Edouard Bonnefoy, préfet du Rhône

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

270J 1-270J14

Date

1839-2009

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon

Origine

Edouard Bonnefoy, préfet du Rhône

Biographie ou Histoire

Édouard Bonnefoy, né le 13 octobre 1899 à Saint-Christophe-en-Brionnais (Saône-et-Loire), mort le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck (Allemagne), est un haut fonctionnaire et résistant français.
Il est le fils de Joseph Bonnefoy, tailleur d'habits, et de Marie Bajard. Il se marie le 9 novembre 1920 à Marcelle Dubois, originaire de Mâcon. Ils ont un enfant, Jean-Louis, né à Lyon le 28 avril 1929.
Il devient rédacteur à la préfecture de Saône-et-Loire en novembre 1917 tout en poursuivant ses études de droit. Licencié en droit, il devient en 1925 chef de cabinet du préfet de Saône-et-Loire, puis en 1929, secrétaire général de la préfecture de l'Ain ; il reste en parallèle à la disposition du préfet de Saône-et-Loire.
À partir de 1932, il est directeur de cabinet d'Achille Villey-Desmeserets, préfet du Rhône. Il est nommé en 1933 sous-préfet de Thonon (Savoie), et reste en parallèle à la disposition du préfet du Rhône. Le 28 février 1934, il est directeur de cabinet d'Achille Villey-Desmeserets, devenu préfet de la Seine. Il devient le 15 novembre 1934, sous-préfet d'Aubusson (Creuse).
En 13 mars 1938, il devient préfet de la Haute-Saône.
Il reste directeur de cabinet du préfet de la Seine, et participe à l'administration de la grande agglomération parisienne jusqu'au 14 novembre 1941. Ainsi fin septembre 1940, il s'oppose à une exposition au Petit Palais sur les secrets maçonniques.
À partir de novembre 1941, il devient préfet de la Mayenne. Il fait le choix, en mars 1942, de Paul Haag comme chef de cabinet. Marius Lepage fait partie de ses collaborateurs, comme chef des services économiques de la Mayenne. Le sous-préfet est René Goepfert.
En remplacement de M. Dupard, nommé préfet d'Ille-et-Vilaine, Édouard Bonnefoy est promu préfet de la Loire-Inférieure le 6 juillet 1943. Il est présent lors des bombardements des 16 et 23 septembre 1943 sur Nantes par les Américains. Il y reste 5 mois, avant d'être nommé préfet régional de la région de Lyon et préfet du Rhône.
À partir de sa nomination en Mayenne, son activité préfectorale est liée à son activité clandestine. Il entre dans la résistance intérieure clandestinement, tout en restant en fonction de préfet, pour combattre de l'intérieur les Allemands et le régime de Vichy. Il appartient depuis 1943 aux réseaux Noyautage des administrations publiques (NAP) et Super-NAP.
En 1942, contre son gré, il prête serment au maréchal Pétain, lors de la cérémonie collective du 19 février. Il est suspecté à cette période de jouer double jeu. Tenté de démissionner, il reste à son poste.
Avec Paul Haag, il travaille avec les réseaux de renseignements de la résistance intérieure aussi bien à Laval qu'à Nantes, et les services secrets britanniques. À son poste de préfet, il ne suit pas les instructions, ralentit les réquisitions, veille au ravitaillement de ses administrés. Il facilite la délivrance de laisser-passer et la réalisation de faux papiers. À partir de février 1943, Edouard Bonnefoy s'attache principalement à la lutte contre le Service du travail obligatoire, en recourant alors au sabotage administratif. Il pratique une forme minimale de collaboration avec une marge de manœuvre restreinte. À Lyon, il travaille avec le réseau NAP-Préfecture, déjà actif et infiltré dans le cabinet de son prédécesseur Alexandre Angéli.
Il se heurte au fur et à mesure de plus en plus officiellement avec les Allemands et en particulier avec la Milice, qui provoque son arrestation par la Gestapo le 11 mai 1944. Il est emprisonné au fort de Montluc à Lyon, puis interné à Compiègne, d'où il est déporté dans le camp de concentration de Neuengamme, au kommando de Brême-Kriegsmarine, matricule 36277 et tué en mer Baltique dans la baie de Lubeck le 3 mai 1945 lors du naufrage du Cap Arcona avec 10 000 autres détenus qui venaient d'être évacués par les SS.

Modalités d'entrées

Le fonds a été remis le 13 mai 2016 par don manuel aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon par Solange Bonnefoy qui le conservait.

Présentation du contenu

 Malgré le faible volume du fonds, les documents issus de l'activité d'Edouard Bonnefoy dans la sphère préfectorale témoignent du rôle ambigu de l'administration sous le Gouvernement de Vichy.
Deux cahiers relatant les comptes rendus des entretiens entre juin 1940 et juin 1941 en tant que directeur de cabinet du préfet de la Seine (270 J 4-5) montrent déjà les difficultés à rester neutre durant cette période. Les débats autour de l'organisation d'une exposition anti-maçonnique en 1940 au Petit Palais à Paris y sont notamment retranscrits, et Edouad Bonnefoy est alors suspecté de franc-maçonnerie. Soupçonné également d'anglophilie (courrier du Rassemblement national populaire coté 270 J 7), il reçoit parallèlement des menaces de mort, comme l'atteste un télégramme destiné « au collabo Bonnefoy » (270 J 10).
Nommé préfet de Mayenne en novembre 1941, il doit prêter serment au régime de Vichy le 19 février 1942, comme l'illustrent quelques photographies (270 J 6).
En poste en septembre 1943 à Nantes, il assiste à plusieurs bombardements qui ont tué près de 1500 civils. Dans le fonds, une centaine de photographies présentent les dégâts matériels, et des notes expliquent comment la ville s'est ensuite reconstruite (270 J 8).
Il faut également signaler la présence de dix-huit photographies et d'un portrait tissé sur soie du maréchal Pétain, témoignant de la visite en avril 1944 de ce dernier à la préfecture du Rhône (270 J 10/1).
Enfin, les dossiers relatifs à la déportation et aux hommages rendus à Edouard Bonnefoy (270 J 11-13) dévoilent la difficulté pour sa femme à prouver son engagement dans la Résistance et à surmonter les difficultés matérielles.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Les journaux conservés en plus de deux exemplaires ont été éliminés (soit environ 0,03 ml).

Conditions d'accès

Le fonds est propriété du Département du Rhône et librement communicable.

Conditions d'utilisation

Conformément au règlement de la salle de lecture.

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Les documents sont principalement sur papier. On trouve également des tirages photographiques et une plaque de verre.

Existence et lieu de conservation des originaux

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon.

Existence et lieu de conservation de copies

Pas de copies connues.

Bibliographie

« Édouard Bonnefoy préfet et résistant, de Laval à Lyon », thèse de Jean-Noël Thomas.

Cote/Cotes extrêmes

270J1-270J10

Date

1923-1944

Préfet du Rhône, et en cette qualité, préfet régional de Lyon.

Cote/Cotes extrêmes

270J10

Date

1944

Présentation du contenu

Nomination : lettre-circulaire envoyée aux maires, projet de discours, liste d'invités, coupures de presse, courriers de félicitation (janvier-mars 1944). Exercice de ses fonctions : courriers reçus, bloc-notes éphémérides annotés, trois photographies des préfets régionaux accompagnées d'une liste nominative, deux photographies d'un escalier à la Préfecture, six photographies de Lyon [une vue aérienne et cinq présentant des ponts] (janvier-mai 1944), 5 numéros de La Vie Lyonnaise (février-juin 1944). Réception des maires de la région de Lyon par P. Pétain : dix-huit photographies, un portrait de Pétain tissé sur soie (coté 270J10/1], coupure de presse (avril 1944).