6M - Population, économie, statistiques

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

6M 1-6M2175

Date

1800-1948

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon

Origine

Préfecture du Rhône

Présentation du contenu

La sous-série 6 M est constituée de trois parties : population, économie et statistiques. La partie présentée concerne uniquement les parties population et économie, la dernière partie étant en cours de classement.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Aucune élimination n'a été pratiquée dans ce fonds.

Accroissements

Fonds clos.

Conditions d'accès

La totalité des articles contenus dans ce fonds est librement communicables. Les articles 6 M 1-741 sont numérisés et accessibles uniquement sous cette version, via le site Internet (archives.rhone.fr) ou l'intranet en salle de lecture.

Conditions d'utilisation

La reproduction des documents est autorisée par photographie et éventuellement par photocopie, sous réserve qu'il ne s'agisse pas de documents reliés.

Langue des unités documentaires

Rédigé en français.

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Ce fonds représente actuellement 72,70 m/l, dont 45,40 m/l uniquement pour les recensements de population. L'ensemble des documents sont en papier et en relativement bon état.

Mots clés matières

Cote/Cotes extrêmes

6M1247-6M2175

Date

1801-1941

Description physique

La partie Économie représente 11,95 m/l. L'ensemble des documents sont en papier et en relativement bon état, hormis deux cotes en mauvais état et donc incommunicables.

Origine

Préfecture du Rhône, 3e et 5e divisions

Présentation du contenu

Cette seconde partie de la sous-série 6 M est consacrée aux attributions du préfet en matière de mercuriales, de contrôle des marchés et des prix, ainsi que du ravitaillement et des subsistances.
Les premiers dossiers concernent les organismes chargés de contrôler et de réguler l'économie. Ainsi, le comité consultatif d'action économique a été créé dans le contexte d'organisation économique destiné à faire face à la situation de guerre en 1915 (6 M 1247-1256). Les autres comités ou commissions correspondent souvent à des tentatives de réponse à la crise des années 30. Privilège des chefs-lieux de région, les sous-comités départementaux d'action économique de départements proches envoient à la préfecture du Rhône au début du XXe siècle, enquêtes, rapports et autre documentation sur la situation économique dans leur collectivité (6 M 1263-1267).
Les mercuriales générales fournissent pour des denrées de base (froment, pain, viande, fourrage,&) et selon des périodicités variables (hebdomadaires, bimensuelles, mensuelles, bimestrielles, trimestrielles ou annuelles) un état du prix moyen de ces marchandises et de leurs quantités vendues. Ces tableaux, établis par les maires et transmis ensuite au préfet, concernent principalement les marchés importants de Lyon et de Villefranche. Le préfet les transmet ensuite à l'autorité centrale. Les dossiers de correspondance générale (6 M 1268-1272) permettent ainsi de mieux comprendre les exigences des ministres successifs, modifiant les méthodes de calcul et de mesure exigées des autorités locales.
De nombreuses lacunes émaillent ces mercuriales. La série la plus complète pour le département du Rhône couvrent les années 1828 à 1834, puis 1843 à 1922 pour les marchés de Lyon, La Guillotière, Beaujeu (jusqu'en juin 1885), Belleville, Tarare et Villefranche, Ouilly (de 1847 à 1859) et Thizy (6 M 1274-1327).
Les marchés de la halle aux blés et du port Saint-Vincent à Lyon présentent également une intéressante série entre 1812 et 1922, malgré quelques hiatus au milieu du XIXe siècle (6 M 1351-1401).

Les mercuriales spéciales présentent le cours de marchandises très diverses, souvent sur de très courtes périodes, sans qu'il soit possible de savoir si la suite est réellement manquante ou si le suivi de ces cours n'a tout simplement pas été poursuivi. On y trouve des mercuriales dédiées de façon spécifique aux grains, légumes, farines, pain, viande de boucherie, combustibles, vins et même soies et étoffes.

Les dossiers sur le contrôle des prix et la lutte contre la vie chère rassemblent des informations diversifiées sur la situation des prix, les causes de variation et les éventuels moyens d'y remédier, essentiellement pendant la période de l'entre deux-guerres, sous l'égide de services spécifiques, telle la commission régionale d'études relatives au coût de la vie (6 M 1825-1835).

Enfin, la dernière partie sur les produits de consommation et le ravitaillement aborde le contrôle de l'approvisionnement de certains produits de base, essentiellement les céréales et le pain, mais également l'organisation du ravitaillement et du rationnement des denrées, en particulier durant la première guerre mondiale.
Les dossiers sur les grains, le pain et la boulangerie sont de loin les plus nombreux. Ce secteur est étroitement surveillé, ses fluctuations ou crises pouvant engendrer des mouvements importants au sein de la population et troubler dramatiquement l'ordre public. Le pesage des grains sert ainsi à taxer le pain et à connaître la consistance et la qualité des produits de la récolte (6 M 1857-1887). Les mouvements des grains à l'importation et à l'exportation illustrent la bonne santé des récoltes locales ou au contraire la dépendance aux apports extérieurs (6 M 1888-1894). L'évaluation du produit des récoltes proposent une photographie parfois poussée, pour le milieu du XIXe siècle, de l'apparence et du résultat des récoltes, de l'influence de la saison sur les produits ou encore de la situation des subsistances et du nombre d'hectares labourables (6 M 1895-1912). On retrouve par ailleurs des éléments essentiels à la compréhension des choix pris en matière de réglementation, de surveillance des prix et de taxation des blés, farines et pains. La boulangerie est également très contrôlée, avec la limitation du nombre de boulangers, la nécessité d'une permission pour exercer cette profession ou encore l'obligation d'un approvisionnement de réserve et d'un dépôt de garantie en farines et blés. Un décret impérial du 22 juin 1863 donne toute liberté au commerce de la boulangerie dans les villes où il avait été soumis jusque-là à réglementation. Seul demeure le pouvoir de taxer le pain, mesure conférée aux maires depuis 1791. Parmi ces dossiers, on trouve notamment des recensements nominatifs de boulangers (6 M 1972-1973), l'organisation de la profession, les mouvements de grève, ainsi que la situation de leur approvisionnement essentiellement pour la première moitié du XIXe siècle (6 M 1980-2005).
Suivent des dossiers sur la viande de boucherie (6 M 2008-2022) et quelques denrées diverses notamment le sucre (6 M 2023-2035) et les produits laitiers (6 M 2036-2039).

Enfin, est abordé le ravitaillement proprement dit, avec les organismes mis en place pour l'assurer, plus particulièrement durant la guerre de 1914-18 (6 M 2049-2053). La gestion de ce ravitaillement, mis à part deux dossiers sur le tout début du XIXe siècle et la guerre de 1870 (6 M 2054-2055), est consacrée en majeure partie aux mesures prises à l'occasion du premier conflit mondial et à l'aube du second, en matière de restrictions alimentaires (6 M 2059-2076), de la mise en place des cartes individuelles d'alimentation et autres tickets de consommation (6 M 2077-2084), ainsi que des cartes de pain à prix réduits (6 M 2085-2114), enfin de fourniture en charbon (6 M 2115-2160) et en bois de chauffage (6 M 2161-2175).

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Aucune élimination n'a été pratiquée dans ce fonds, mis à part quelques brouillons et doubles de formulaires vierges.

Mode de classement

Cette partie du fonds a longtemps uniquement bénéficié d'un récolement sommaire, les dossiers étant très touffus et embrouillés. Ils avaient été cotés 6 Mp 1056-1276. Le classement de cette partie a également inclus quelques cotes en 6 M sup et en W.
Dans le courant de l'année 2015, la reprise intégrale des dossiers de la sous-série 6 M a été entamée et la première partie Population achevée en fin d'année 2016. Les dossiers consacrés à la partie « Économie » ont quant à eux tous été revus et amendés dans le courant de l'année 2017 pour une cotation définitive achevée en février 2018.
Le plan de classement a été bâti sur les grandes parties qui ont peu à peu émergé de l'analyse des dossiers, notamment les mercuriales, le contrôle des prix et le ravitaillement.

Cote/Cotes extrêmes

6M1268-6M1822

Date

1801-1940

Cote/Cotes extrêmes

6M1410-6M1822

Date

1808-1940

Cote/Cotes extrêmes

6M1436-6M1529

Date

1801-1940

Cote/Cotes extrêmes

6M1467-6M1475

Date

1839-1850

Présentation du contenu

Etats hebdomadaires, états des céréales venant des portes de la Bourgogne et introduites à Lyon, affichettes, notes récapitulatives, correspondance.
Grains vendus, soit directement, soit par l'intermédiaire des facteurs ou courtiers de commerce, sur les marchés, le port ou dans la ville de Lyon. Concerne essentiellement le blé, le seigle, l'orge, le blé noir et l'avoine, ainsi que les farines premières et rondes.

1845

Cote/Cotes extrêmes

6M1470

Date

1845